A propos

Les lettres sont mes pigments,  les mots deviennent mes couleurs.
Ces pixels blancs qui me font si souvent trembler sont ma toile, cet espace ma galerie.

J’expose dans ce modeste atelier de création des textes comme des tableaux. Lorsque arrive le point final, je prends du recul sur l’alignement de pixels qui traînent sur mon chevalet et une couleur s’en dégage. C’est ma façon de peindre le monde, de le retranscrire dans des toiles abstraites. Elles sont parfois sombres et témoignent de ma crainte de la finitude, et parfois plus légères, en hommage à ma fascination pour la vie, celles-ci ma rétine les traduirait évidemment dans des couleurs chaudes. On pourrait regrouper certaines de ces toiles en série, j’imagine que c’est ce que l’on m’invite à faire sous la dénomination de catégories.

Rien n’est figé, tout est en mouvement. Au gré de mes humeurs, je peux remettre un coup de pinceau sur un texte, redécouper la toile pour n’en garder qu’un fragment ou la décrocher définitivement de l’atelier.

Si je me permets cette analogie entre deux domaines artistiques que sont la peinture et les mots, n’y voyez aucune suffisance de ma part. Pour moi l’essence de l’art est de donner naissance à l’émotion. Il s’agit ici de mon rapport personnel à l’art ( sous toutes ses formes), l’important pour moi n’est pas d’aimer ou non l’objet en question, mais de se focaliser sur ce qu’il fait vibrer ou questionne en nous. Face à une œuvre, nous pouvons ressentir un panel d’émotions variées (du dégoût à la fascination), j’accueille les deux sans réelle préférence ; ressentir c’est être vivant, cela me suffit amplement.

Qui je suis n’a aucune importance. Disons une parisienne trentenaire qui aime lire et se faire du mal à essayer d’écrire. D’associer la douleur à la passion de l’écriture peut paraître étrange, aussi dois-je être une « artiste » torturée mais il me semble que l’on ne peut écrire qu’avec ses tripes et son sang. La passion est souffrance, c’est l’essence de sa définition. Ainsi, mon écriture ne relève pas (toujours) du plaisir, mais bien souvent du besoin.

Et, je ne suis, et ne serai jamais qu’une élève qui contemple ses maîtres.

A.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/minuittr/public_html/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405