jours_etranges_minuit_moins_trois_blog_auteur_16
Pensées & confessions

Des jours étranges.

Les semaines s’écoulent, la pluie qui s’installe lave les souvenirs, les lisse, les polit.

Pourtant, je n’arrive pas à me défaire d’une remembrance estivale. Celle de badauds tapissant nos littoraux français d’une mosaïque de coton polychrome – en nid-d’abeille pour les plus chics, bambou pour les plus écolos –  et qui, questionnés pour les besoins d’un journal télévisé, se disaient rassurés par la présence de militaire sur les plages. S’en suivait, en général, un plan sur les hommes armés menacés par un soleil de plomb.

Sans animosité aucune pour ces militaires, cette nouvelle définition de la quiétude, certainement propre à ces jours étranges, me déconcerte. Je n’ai jamais rien trouvé de rassurant dans les armes et a contrario celles-ci me mettent particulièrement mal à l’aise. Sans doute un fantasme que le porteur fasse un geste maladroit et qu’un innocent en paie le tribu.

Ainsi, leur présence sur le bord de mer exhume de mon inconscient ce que je m’acharne à refouler non sans effort : la fragilité de la vie et sa finitude. Des enfants qui jouent seuls dans les vagues, dans les dunes, sans la surveillance de leurs parents car sans crainte pour leur progéniture… voilà qui dépeint, à mon sens, le tableau d’un lieu sécurisant.

 

Précédente publication Publication suivante

Vous Devriez Aussi Aimer


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/minuittr/public_html/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

Soyez le premier à poster un commentaire

Poster un commentaire