vertigo2_minuit_moins_trois_blog_auteur_19
Elucubrations, Fantasques

Vertigo.

Parce qu’ils ne seront jamais que la nuit. De la poussière d’étoiles jouxtant des cendriers remplis. Des verres de cuir et feu qui inlassablement vidés resteront toujours trop petits pour contenir leur ivresse de la vie. De la musique, des murmures et des rires qui s’enfuient. Lire la suite

aurore_minuit_moins_trois_blog_auteur_19
Mini-Nouvelles

Aurore.

Elle se rêvait étoile mais s’égarait dans ses nuits. Elle était lunaire, il était solaire. Deux astres dont la rencontre plonge le monde dans l’obscurité. Et c’est ce qui se passa ce soir-là, sous la pluie l’univers autour d’eux s’effaça. Elle était de dos sur le pont Alexandre III, magnétique, il n’en fallut pas davantage pour qu’il en tombe amoureux fou. Son maquillage coulait, alors il lui proposa de jouer à un jeu somptueux, risqué, ambitieux : ça serait eux, eux contre le reste du monde. Il prit sa main et lui promit de la regarder danser jusqu’à ce que le jour se lève sur son visage. Il ne la quitta plus et jour après jour elle l’aima furieusement à son tour. Lire la suite

Ses_peines_miro_poetesse_minuit_moins_trois_blog_auteur_18
Fragments de conversation

Ses peines.

Nous étions assis sur un banc du musée.
« Je commence à digérer mes peines ». C’est ce que j’ai entendu et c’est ce qu’il a prononcé.
Je me suis dit qu’à quatre-vingt ans passé, il était temps.
Il avait son orgueil, j’avais ma fierté. Instinct de survie pour ma part. Mais avec ces deux commensaux à la table de nos échanges, le dialogue a toujours été compliqué. Lire la suite

minuit_sans_toi_minuit_moins_trois_blog_auteur_182
Fantasques

Minuit moins toi.

Cronos, viens m’aider. Je veux remonter le temps à tes cotés.
Les aiguilles sont fracassées. Je vais m’effondrer.
Il est minuit moins toi. Depuis des heures, des semaines, des mois qui sait ?
J’arrive plus à avancer.
Sisyphe écrasé par son rocher. J’attends mon nocher. Lire la suite

black_trombone_minuit_moins_trois_blog_auteur_18
Fantasques

A ce noir trombone.

Les volets sont fermés depuis des années, des siècles ou des décennies. Belle à jamais endormie.
Tout est flou ici. Binaire, tertiaire, dans ces lieux le temps s’est toujours mesuré ainsi.
Le soleil, qui rythmait jour et nuit, métronome monotone l’abandonne à la nébulosité qui s’est installée depuis.
Depuis, depuis que son cœur est sombre, le pavillon aussi. Féroce atonie. Pourtant, le trombone, comme tu le dis, c’est si joli. Lire la suite

what_is_love_2_minuit_moins_trois_blog_auteur_18
Fantasques

What is love.

Quand tes lèvres me brulent. Que tes baisers sont morsures. Quand tes caresses me blessent. Quand tes mains me lacèrent. Que ta peau me consume. Quand tu m’attaches à toi avec des liens que nul ne voit. Lire la suite

un_jour_minuit_moins_trois_blog_auteur_18
Cosmiques, Fantasques

Une nuit.

Exquise torture, nuit de pleine lune, que l’attente de ta morsure.
Délicieuse blessure, sur ce cou, pour devenir ta créature.
Fantasmagorie d’une brûlure, dans ce corps, dans ce cœur, s’installe dès lors un clair-obscur.

 

Morphée_minuit_moins_trois_blog_auteur_18
Fantasques

Morphée.

Morphée où es-tu ? Viens me chercher.
Pourquoi ai-je besoin de pilule pour te retrouver ? Pourquoi ai-je besoin de cachets pour me dissoudre dans ta réalité.
Le marchand de sable lui aussi m’a abandonnée. Lire la suite

put_me_down_minuit_moins_trois_blog_auteur_18
Fantasques

Man, u shot me down.

Il y a ce feu qui brûle en moi. Il faudrait juste un peu de nous pour qu’il croît.
Moi, j’y crois.

J’ai assez de comburant pour mettre la ville à feu et à sang.
Assez de carburant pour te prouver que la passion peut rester en expansion indéfiniment. Lire la suite

Devorer_le_roi_minuit_moins_trois_blog_auteur_18
Spoken word / slam

Dévorer le Roi.

T’aimerais me mater, instaurer ton règne, que je me soumette à tes volontés.
Reste tenace, sois pugnace, mais je ne serai jamais ta poupée.
Mon grand, si tu poses un orteil sur mon échiquier, prépare-toi à te faire bouffer.
Dame damnée, les cœurs c’est moi qui les fait tomber, je te ferai chavirer la tête jusqu’à la couper. Lire la suite